Articles

 

* Statistiques  d'augmentation  de  populations:

Hypothèses  choisies  (cf intervention R. à GT lors du CM du 22 mai 2015) ( Publié en contribution sur le site de N.M. pour l'élaboration du PADD:

"Nous  demandons  donc  que  les  bases  démographiques  du  débat  sur  le  PLUM  soient  reprises  au  point  de  départ.

Nous  proposons  qu'un  débat  citoyen  soit  instauré  sur  les  objectifs  d'augmentation  de  la  population, dans  lesquels  les  scénarios  bas  et  moyens  soient  considérés  commes  des  alternatives  tout  autant  voire  plus  désirables  que  le  scénarion  haut. Ce  débat  ne  devra  pas  aborder  la  question  que  sous  un  angle  quantitatif, mais  également  qualitatif, en  partant  des  besoins  de  la  population  déjà  en  place, avant  de  se  demander  quelles  nouvelles  populations  on  veut  attirer.")

* Politique  du  Logement:

Critiquable  accueil  de  classes  moyennes, petits  logements...(cf: contribution PADD de RàGT : "sur  la  question  du  logement, nous  attendons  que  le  PADD  et  plus  largement  N.M.  présentent  des  pistes  d'action  nouvelles  et  concrètes  pour  palier  à  la  faible  proportion  de  logements  sociaux  et  accessibles  constatée  aujourd'hui.

Parmi  ces  pistes, nous  préconisons:

- une  analyse  socio-économique  fine  des  besoins  en  logement  des  populations  en  place  à  l'échelle  de  l'Aire  Urbaine;

- une  bien  plus  grande  maîtrise  de  la  promotion  immobilère  par  la  collectivité: outils  de  maîtrise  du  foncier  et  de  son  prix  (ils existent, reste la volonté politique de les mettre en oeuvre), urbanisme  opérationnel réalisé  sous  maîtrise  d'ouvrage  publique, meilleur  encadrement  de  la  promotion  privée;

- la  recherche  de  baisse  des  coûts  de  la  construction  mais  aussi  des  coûts  d'usage  (consommation d'énergie, entretien...), par  une  utilisation  parcimonieuse  des  réalisations  de  'prestige visuel' des  constructions, mais  aussi  une  analyse  des  pratiques  et  des  marges  des  différents  types  d'entreprises (locales / coopératives / grands groupes du BTP), enfin, la  promotion  des  techniques  constructives  alliant  qualité  et  faible  coût.")

 

 * Politique  d'équipement  commercial:

(cf Contribution de RàGT au PADD Thématique 'emploi et activités économiques'. Focus sur l'urbanisme commercial: 'il faut donc se référer au document du SDUC (schéma directeur de l'urbanisme commercial, adopté en juillet 2012) lui-même  pour  trouver  les  objectifs  chiffrés.

130 000 m2  de  surface  de  vente  supplémentaire  d'ici  2022, dont

          +26 000 m2  pour  l'offre  de  proximité  (superettes et supermarchés à proximité des centres)

          +50 000 m2  pour  l'offre  de  centre  ville  à  Nantes  ("petits" commerces)

          +60 000 m2  pour  le  développement  (extension sans nouvelles créations)  des  pôles  majeurs  (grands centres commerciaux).

 

 Questionner  le  chiffre  global  (130.000 m2): comment  a-t-il  été  fixé ?

Le  SDUC  nous  apprend  (page 25)  qu'il  a  été  décidé  par  les  "partenaires"  et  "après  analyse  du  tissu  commercial, des  projections  d'évolution  de  la  démographie  et  du  pouvoir  d'achat  des  ménages".

Tout  d'abord, nous  regrettons  que  les  "partenaires"  en  question  se  limitent  aux  Chambres  Consulaires  (CCI & Chambre des Métiers)  et  aux  communes  de  la  Métropole. En  effet, c'est  la  raison  d'être  que  les  Chambres  Consulaires  que  de  faire  augmenter  l'activité  commerciale  et  chaque  commune, prise  individuellement, tente  pour  des  raisons  d'attractivité  ou  fiscales, d'attirer  des  surfaces  commerciales  sur  son  territoire. Aucune  voix  au  chapitre  ne  semble  avoir  été  donné  à  des  acteurs  désintéressés  par  le  développement  commercial  et  encore  moins  à  des  acteurs  qui  pourraient  se  montrer  critique  vis-à-vis  de  ce  dernier  (associations  de  protection  de  l'environnement  pour  exemple).

 Ensuite, quelles  sont  les  "projections  démographiques"  sur  lesquelles  se  base  le  SDUC ? Cet  élément  est  évidemment  déterminant. Malheureusement, ni  le  document  du  SDUC  lui même, ni  le  rapport  accompagnant  la  délibération  d'adoption  du  SDUC  n'en  font  état. Il  faut  aller  chercher  le  procès  verbal  du  Conseil  Communautaire  du  6 juillet 2012  pour  trouver  l'information: " Sachant  que  dans  10  ans  nous  aurons  50.000  habitants  de  plus, dans  vingt  ans, nous  en  aurons  100.000"  (Gilles Retière, Président , p. 87 du procès verbal).

 Nous  retrouvons  les  fameux  "+ 100.000" habitants  qui  constituent  l'hypothèse  fondatrice  du  nouveau  PLUm. Nous  avons  expliqué  de  manière  détaillée  en  quoi  cette  hypothèse  n'est  en  rien  une  fatalité  statistique, mais  bien  un  choix  politique: se  reporter  à  notre  contribution  sur  l'habitat.

Le  premier  constat  que  nous  pouvons  faire  est  que  l'objectif  global  de  130 000 m2  pourrait  très  vraissemblablement  être  révisé  sensiblement  à  la  baisse  sur  la  base  d'un  autre  projet  politique, qui  ne  feraît  pas  de  l'attractivité  l'alpha  et  l'oméga  de  toute  réflexion.

Intéressons  nous  maintenant  aux  objectifs  par  type  de  commerces:

Les  grands  centres  commerciaux: alors  que  le  principe  affiché  est  de  limiter  leur  développement, c'est  près  de  la  moitié  des  nouvelles  surfaces  qui  leur  est  affectée  dans  les  10  années  à  venir. Quelle  contradiction !

L'offre  de  proximitécomme  l'expose  le  SDUC, il  s'agit  essenciellement  des  supérettes  et  des  supermarchés  moyens  situés  à  proximité  directe  des  lieux  d'habitation. L'objectif  de  proximité  nous  semble  plutôt  bon. Nous  regrettons  cependant  qu'une  distinction  plus  claire  ne  soit  pas  faite  entre  les  supérettes, dont  le  type  d'offre  permet  des  achats  strictement  utilitaires  et  utiles, et  les  supermarchés  qui  peuvent  déjà  induire  des  conjonctions  à  consommer  des  produits  moins  utiles.

Nous  regrettons  surtout  que  le  développement  de  l'offre  de  proximité  soit  réservé  aux  "petits"  supermarchés, qui  sont  aux  mains  de  grands  groupes  de  la  distribution  alimentaire  et  présentent  une  offre  relativement  standardisée  et  de  qualité  parfois  moyenne, et  qu'aucune  surface  supplémentaire  en  commerce  "diffus"  ne  soit  prévue  en  dehors  du  centre  de  Nantes (voir point suivant).

 Or  les  commerces  diffus, d'une  part, présentent  souvent  une  offre  plus  qualitative  et, d'autre  part, sont  moins  consommateurs  d'espace, ce  qui  va  dans  le  sens  de  la  densification  souhaitée, ou  de  la  libération  de  surfaces  pour  des  usages  d'habitat  ou  d'amélioration  du  cadre  de  vie.

L'offre  de  centre  ville  à  Nantes:

+ 50.000 m2  de  commerces  diffus  c'est  très  bien  pour  Nantes, mais  qu'en  est-t-il  des  autres  communes ? Aurait-on  à  faire  à  une  agglomération  à  deux  vitesses ? C'est à dire, en  caricaturant: des  surfaces  commerciales  "qualitatives et innovantes (dixit le SDUC), des  petits  commerces  artisanaux  diversifiés, de  qualité  avec  des  relations  directes  avec  le  commerçant  pour  les  nantais  du  centre  et  des  supérettes / supermarchés  standardisés  et  impersonnels  pour  les  autres  habitants ? Cette  dichotomie  est  difficilement  compréhensible.")

 

*Galerie  commerciale  de  la  gare  de  Nantes:

Nous  sommes  loin  d'un  nouveau  mode  de  vie  fait  de  sobriété  que  voudrait  incarner  l'"éco-métropole".

 

* Mission  de  N.M.  sur  l'hébergement  des  Roms...

on  vous  attend !

 

* Sobriété  énergétique:

     § Zones 30, il  faut  sensiblement  augmenter  la  surface  de  ces  zones  et  pour  cela, nous  vous  proposons  de  suivre  l'exemple  de  l'expérience  qui  se  déroule  à  Grenoble  et  depuis  plus  longtemps  encore  dans  différentes  villes  d'Allemagne...

     § Sur  la  question  de  l'optimisation  énergétique  de  l'éclairage  public, nous  demandons  la  mise  en  place  progressive  de  l'extinction  nocturne.

     § La  suppression  des  panneaux  publicitaires  lumineux  est  une  mesure  immédiate  et  possible.

 

* Accidentologie  des  cyclistes

Evaluation  à  réaliser  en  la  différenciant  des  2  roues  motorisés, et  mise  en  place  de  la  priorité  vélo  aux  ronds  points.

 

* Indemnisation  vélo:

Comme  s'est  mise  en  place  la  prise  en  charge  par  l'employeur  de  la  moitié  de  l'abonnement  transport, nous  demandons  la  mise  en  place  de  l'indemnité  vélo. L'éducation  des  habitants  vers  ce  genre  de  transport  s'appuiera  sur  des  incitations  concrètes.

L'augmentation  des  impôts  de  N.M.  prévue  en  2016, doit  être  mise  en  relation  avec  le  refus  du  coup  de  pouce  au  SMIG  que  le  gouvernement  vient  d'annoncer !

 Pour  conclure, nous  vous  rappelons  que  les  élus  RàGT  attendent  une  révision  des  projections  démographiques  sur  lesquelles  s'appuie  votre  poilitique  et  notamment  la  construction  du  Plan d'Aménagement et Développement Durable  du  PLUm.

Sans  cette  révision, nous  voterons  contre  le  PADD.