Question  à  Mr le Maire

Monsieur  le  Maire

il y a  seulement  quelques  jours, nous  avons  découvert  la  suppression  en  2016  du  service  de  navette  entre  les  médiathèques  de  Rezé  et  de  Saint Herblain.

Les  élus  de  RàGT  souhaitent  avoir  des  informations  plus  précises  sur  ce  sujet. La  disparition  future  de  ce  service  est-elle  seulement  liée  à  la  fermeture  temporaire  de  la  médiathèque  Herblinoise ?

Les  lecteurs  rezéens  ont-ils  été  consultés  sur  ce  sujet, et  quel  est  le  résultat  de  cette  consultation ?

Les  échanges  que  nous  avons  eus  avec  plusieurs  d'entre eux  nous  laisse  à  penser  que  cela  n'a  pas  été  le  cas ! Ce  service  de  navette  entre  les  deux  établissements  augmente  l'offre  culturelle  et  permet  de  ne  pas  avoir  à  se  déplacer  pour  retirer  les  documents  retenus, ce  qui, pour  des  personnes  travaillant  ou  se  déplaçant  peu  en  véhicule  personnel  a  tout  son  intérêt (une  seule  navette  hebdomadaire  est  beaucoup  moins  énergivore  que  plusieurs  déplacements  individuels !). Ceci  revient  pour  le  public  à  se  contenter  de  l'offre  locale. Ne  faudrait-il  pas  fournir  un  effort  de  communication  supplémentaire  ou  du  moins, différent, afin  d'améliorer  le  bénéfice  de  ce  service, plutôt  que  de  le  supprimer  purement  et  simplement !

Ce  service  permet  également  d'affirmer  pour  chaque  établissement  son  identité  particulière  en  fonction  de  son  public  et  de  son  orientation, tout  en  proposant  un  catalogue  conséquent  grâce  à  cette  mutualisation. L'investissement  consacré  (rappel, 1 navette/semaine) est  par  ailleurs  largement  compensé  par  les  économies  réalisées  sur  les  budjets  d'acquisition  et  de  conservation  des  collections.

 

Il  serait  dommage  de  mettre  fin  à  ce  type  de  partenariat  sans  envisager  une  autre  solution; surtout  à  l'époque  où  l'on  vante  les  bienfaits  de  la  métropolisation  des  grands  projets  culturels ! La  culture, au  même  titre  que  les  acquis  scolaires, techniques  ou  scientifiques  participe  à  la  formation  du  citoyen  pensant  et  agissant !

Dans  l'attente  de  votre  réponse, recevez  Monsieur le Maire, nos  sincères  salutations.

Pour  les  élus  RàGT

Catherine PAJOT

Le  24 décembre 2015

Intervention des élus RàGT

Conseil Municipal du 18 Décembre 2015

 

Rapport  annuel  de  Nantes  Métropole  2014

* Attractivité:

Rappel  du  positionnement  de  RàGT  publié  en  contribution  sur  le  site  de  Nantes  Métropole  pour  l'élaboration  du  PADD.

" De  notre  point  de  vue, la  fixation  sur  "l'attractivité"  est  largement  discutable:

Certaines  études  montrent  l'intérêt  de  cette  attractivité, mais  d'autres (1)  remettent  en  question  l'idée  répandue  selon  laquelle  leur  taille  confère  aux  grandes  agglomérations  un  avantage  important  en  matière  de  développement  économique.

Au  delà  du  seul  aspect  économique, l'attractivité  augmente-t-elle  le  bien  être  des  habitants ?  Les  bouchons  aux  heures  de  pointe, la  dégradation  relative  de  la  qualité  de  l'air  ne  nous  le  prouvent  pas !

Plus  généralement, l'assimilation  dominante  de  croissance  à  progrès  est  battue  en  brèche  par  les  faits: la  croissance  s'accompagne  de  dégradations  de  l'environnement  et  d'épuisement  des  ressources (avec  des  problèmes  géopolitiques  associés).

Même, d'un  point  de  vue  strictement  économique, l'argument  ne  tient  pas: sur  la  période  1973 / 2013, le  PIB  par  habitant  a  doublé  (en monnaie constante), les  inégalités  se  sont  creusées  et  le  taux  de  chômage  a...triplé  (passant de 3 à 9%).

En  fait, l'attractivité  est  manifestement  choisie  essenciellement  comme  marqueur  de  modernité, mais  n'est  pas  fondée  au  regard  des  besoins  de  l'ensemble  de  la  population.

Elle  alimente  par  ailleurs  la  compétition  et  donc  le  déséquilibre  entre  les  territoires, renforçant  ainsi  les  inégalités  à  l'échelle  départementale, régionale  et  nationale."

 

Etat  d'urgence, état  de  guerre

 

La  grande  régression  et  l'escalade  du  danger

 

Au  lendemain  des  horribles  attentats  du  13  novembre, le  Président  de  la  République, le  gouvernement  et  les  parlementaires  ont  choisi  de  décréter  l'état  d'urgence  et  renforcer  l'état  de  guerre.

S'il  faut  évidemment  réagir  vigoureusement  contre  la  menace  terroriste, nous  pensons  que  les  orientations  prises  ne  sont  pas  les  bonnes.

A  la  faveur  de  l'état  d'urgence, nous  assistons  à  de  graves  régressions:

-régression  de  la  démocratie: la  précipitation  dans  laquelle  la  loi  d'état  d'urgence  du  20  novembre  a  été  adoptée  n'a  pas  permis  le  recul  nécessaire  de  la  prise  en  compte  des  aspirations  populaires. Nous  nous  inquiétons  du  manque  d'esprit  critique  et  de  la  représentativité  des  parlementaires.